David Bowie : « It’s been a good drive »

david-bowie-7_5271919

David Bowie ou l’âme d’un artiste, un vrai. De ses yeux clairs et sombres à la fois, de son alter ego extra-terrestre sans sourcils aux cheveux rouges et aux tenues extravagantes. David Bowie était un homme qui se sentait profondément libre grâce à l’art. Un homme qui a su charmer les générations autant par sa discrétion que par le fait qu’à chaque moment où il décidait d’être dans la lumière, il le faisait sans aucune pression et avec une liberté folle.

Le genre d’artiste autant passionné par la musique qui ne l’était par le cinéma, la mode, la peinture ou encore la lecture. Ce qui lui permettait d’exploiter un maximum son talent en laissant des petits clins d’œil des grands classiques du cinéma dans ses clips ou de donner de sa personne sur grand écran par exemple. Une longueur d’avance qu’il aura eu pendant 50 ans de carrière.

Mais réduire David Bowie à de la musique et des tenues extravagantes serait insulter la formidable personne qu’il a pu être. Bowie était avant tout une source d’inspiration pour plusieurs génération. Clamant et donnant l’élan aux personnes, l’écoutant de se transcender afin de devenir des hommes et femmes libres, comme lui. De ne jamais porter de jugement et de ne jamais prendre en considération les remarques des personnes qui tenteraient de le faire vous concernant. À l’image de son titre « Heroes » de 1977 où il criait aux gens voulant l’entendre: « We can be heroes, just for one day » ou sur le titre « Rebel Rebel » où l’envie de ne pas respecter les règles par soucis de liberté se faisait sentir encore une nouvelle fois.

L’important pour Bowie était la chose la plus simple : comprendre que l’on a qu’une vie et qu’il faut la vivre avec le plus de liberté et de paix intérieure possible, afin de nous permettre de faire ce que l’on veut, quand/comme et où l’on veut.

Bisexuel assumé à une époque où il était difficile d’en parler et où très peu d’artistes n’osaient aborder le sujet par peur de fusiller leurs carrières, lui le faisait avec une décontraction déconcertante. Tout comme lorsqu’il commençait à parler de ses addictions aux drogues. Comme l’impression que cette personne ne connaissait pas ni la pression ni le stress, comme l’impression que malgré son lot de soucis, sa vie lui semblait légère.

David Bowie était aussi un passionné d’art quelqu’il soit. De la musique, au cinema en passant par la mode, la lecture ou encore la peinture. Il dévorait l’art sous toute ses formes et s’en imprégnait totalement afin de le faire ressortir dans sa musique ; par le biais de compositions mais aussi de clips étonnant comme le clip original de « Space Oddity » de 1969 qui le fit connaître aux yeux du monde, « Starman » en 1972 ou encore « Life On Mars » lors de l’année 1973.

Nous étions pour la plupart pas nés à cette époque, pourtant, nous connaissons tous ses titres… Son dernier pied de nez, sera probablement le plus incroyable. L’homme se sachant mourant avait décidé d’enregistrer un 25e et dernier album, « Blackstar« , et de le sortir il y a quelques jours seulement. L’artiste y fait à la grande surprise de tous, tout un tas d’allusions sur plusieurs titres, à son départ. Le plus marquant, « Lazarus » a été clipé et commence de la façon suivante : 

« Look up here, i’m in heaven… I’ve got scars that can’t be seen… I’ve got drama that can’t be stolen… Everybody knows me now. » 

Allongé sur un lit d’hôpital, amaigris et souffrant. Autant vous dire que cela ressemble plus à un testament qu’à un simple morceau…

Ce 10 Janvier donc, à New-York, le Dandy de la Pop s’en est allé définitivement à 69 ans, 2 jours après son anniversaire. Le Hero Rebel Rebel de Brixton est partie vers d’autres horizons et l’âme d’artiste qui vivait sur Mars, est morte sur Terre.

Un énorme respect et un grand merci autant pour l’inspiration artistique, qu’humaine qu’aura laissé David Bowie parmi nous autres les vivants. Lui est passé de l’autre côté de la barrière pour atteindre enfin son but ultime : être définitivement libre.

DavidBowie_CreditJimmyKing_20130320_fW7P3412_20130320_63730

Soit le 1er à tout raser