Caramel Curves ou le Ruff Ryders au féminin !

Vingt ans… Presque vingt ans, que les Ruff Ryders sillonnent les routes des États-Unis avec motos ou encore quads ultra-puissant. Vingt ans aussi que l’entité a été mise en lumière par le biais du hip-hop et du rap avec le groupe new-yorkais portant le même nom.
Vingt ans que DMX, Drag-On, Swizz Beats, Jadakiss, Styles P, ou encore Eve, nous démontraient qu’il n’y avait pas que les bikers du Hells Angels qui avaient la culture du deux roues, mais qu’aussi, l’adrénaline de la vitesse et des acrobaties avaient gagné les ghettos afro-américains de la côte est américaine.

Les Ruff Ryders se composaient essentiellement d’hommes, mais comme dit ci-dessus, une femme black, Eve, en faisait aussi partie.

Coupes de cheveux court et de toutes les couleurs, tatouages et tenues autant streetwear que plus extravagantes présentaient parfaitement la demoiselle. En plus de ses talents de rappeuse et/ou rideuse indéniables, Eve était à l’époque, très atypique. Aucune autre femme dans le milieu musical ne lui ressemblait.

Un côté atypique et très intéréssant donc que l’on pensait disparu au fil des années. Laissant la place à un autre style de femme plus sexy et moins rideuse dans l’âme… C’était sans compter le groupe de bikeuses du Caramel Curves !

Et oui, les Ruff Ryders d’Eve ont en quelques sorte, fait des petits. Ou plutôt, des petites. En effet, le Caramel Curves est un collectif de vingt huit rideuses afro-américaines de la Nouvelle-Orléans. Crée en 2005 puis complètement remodelé suite à l’ouragan Katrina qui toucha gravement la ville en 2006. Ces femmes vaquent à leurs occupations et obligations personnelles comme professionnelles la semaine, puis ont pour habitude de se regrouper chaque dimanche afin de faire fondre le bitume de la capitale de Louisiane.

De rose vêtues et de couleurs pastelle ou fuschia, féminines sur leurs hauts talons et manucures, ces dames paradent la journée durant pour le plaisir ou par compétition avec leurs homologues masculins. Il suffit qu’elles s’arrêtent dans un coin d’un quartier de la Nouvelle-Orléans, pour que les habitants affluent à leurs rencontres, découvrent les monstres qu’elles chevauchent et finissent pour certains, par les défier.

Il ne manquerait plus qu’elles se mettent à la musique pour s’associer à leurs ainés du Ruff Ryders… Avouez-le, ça aurai de la gueule n’est-ce pas ? En tout cas, pour ce qu’il en est de Barberline, on ride quand vous voulez les filles !

Soit le 1er à tout raser